Archive for the ‘Fanfictions – One Shot’ Category

Fanfiction – Le courage d’esperer

mars 28, 2010
Titre: Le courage d’espérer
Auteur: Alounet
Pairing: Yaoi / Romance

Rating: M
Pairings: Takeru/Daisuke

Author’s NoteTakeru est de plus en plus mal à l’aise envers Daisuke. Et lors d’une après midi révision, Daisuke espère bien découvrir le fin mot de ce mal-être.

Takeru et Daisuke avaient tous deux des personnalités bien distinctes. Si le premier était d’une nature douce, réfléchie et posée, le second abordait un tempérament de feu, impulsif et quelques peu colérique.

Mais leur sens de l’amitié les rapprochaient. Et leur affection pour Hikari également.

Pour Takeru, c’était une grande histoire d’amitié… Depuis leur première rencontre, lorsque Takeru et les autres enfants élus recherchaient le huitième Digisauveur. Le jeune blondinet fut ravit de découvrir que le huitième enfant avait le même âge que lui. Ainsi, dès leur retour dans le monde Digital, Takeru se fut une amie et une alliée de premier choix.

Il prit très à cœur ce rôle de protecteur envers la jeune Yagami. Que ce soit dans la ville de Machinedramon, lorsqu’elle était malade, ou durant l’affrontement de Piedmon. Sora lui avait alors demandé de veiller sur elle envers et contre tous. Il avait tenu sa promesse. Son amie fut sauvée et c’est à ce moment là qu’il eut enfin le plaisir de voir apparaître la digivolution d’Angemon.

Puis de retour dans le vrai monde, les deux amis gardèrent contact. Mais Takeru n’habitant pas à côté, ils se voyaient que trop rarement. Mais l’amitié qu’ils ressentaient l’un pour l’autre était omni présente. Aussi, lorsque sa mère et lui déménagèrent plus près et qu’il se retrouva dans la même classe que la jeune fille trois ans plus tard, rien ne semblait avoir changé. Il retrouva son amie de toujours, sa complice et confidente, cette âme sœur qu’il s’était trouvé quand il était enfant.

Et cela, Daisuke l’avait bien compris. Il en était devenu rapidement jaloux. Daisuke connaissait la jeune fille depuis moins longtemps, seulement un an. Mais l’année passé aux côtés d’Hikari dans sa classe fut une révélation. Il tomba rapidement sous le charme de cette mystérieuse jeune fille aux secrets bien caché. Il ne s’en cachait d’ailleurs pas, et tous autour de lui étaient au courant. La jeune fille ne répondait cependant pas aux avances – quelques fois insistance – du jeune Motomiya. Aussi, lorsque Takeru était apparut, ce fut une rivalité idiote qui s’installa. Parce qu’il était l’ami d’Hikari, qu’ils se connaissaient depuis plusieurs années, que leurs Digimons étaient en parfait osmose et qu’ils semblaient tellement complices et fait l’un pour l’autre.

Également la confiance aveugle qu’Hikari portait pour son ami était plus que palpable.

Takeru essaya donc de se faire au comportement révolté de Daisuke. Il le devait et n’allait certainement pas rentrer dans cette guerre stupide alors que lui voyait en Daisuke un excellent ami.

Un excellent ami qui bientôt, habiterait ses nuits de plus en plus. La bataille contre MaloMyotismon était encore récente et ses rêves perpétuaient. Il ne pouvait en parler à personne. Pas à son frère, il aurait eu peur de sa réaction et Hikari, encore pire… Et pas non plus au principal intéressé, ce serait… Prendre un risque énorme. Risquer de l’offenser et de perdre son amitié. Mais cela, Takeru ne pouvait pas s’y résoudre.

Il comprit alors pourquoi la jalousie et la rivalité installait par Daisuke ne le dérangea jamais. Parce qu’Hikari n’était pas une fille qu’il aimait – comme Joe peut aimer Mimi par exemple – mais une fille qu’on aime comme sa sœur, comme son double, son autre soi. Hikari était la sœur jumelle qu’il n’avait jamais eue. Et s’imaginer un seul instant avoir une pseudo relation amoureuse – voir plus – avec elle était impossible. Il ne pouvait pas.

Non, cette relation que tout être humain recherchait dans le monde, c’était avec quelqu’un d’autre qu’il la désirait. Mais en tant que garçon secret qui ne dévoile que rarement ses sentiments, il ne laissa rien transparaître, ou presque… Parce que ces derniers temps, les rêves n’étaient plus des simples images qu’il s’imaginait pouvoir réaliser un jour ou l’autre. C’était devenu des pensées qu’il développait jour après jour, de plus en plus. Mais il devait se faire une raison. Il devait chasser toutes ces pensées.

Daisuke ne l’aimerait jamais comme lui pouvait l’aimer. Daisuke était fou d’Hikari et le jalousait lui pour une relation qui n’existait pas. Daisuke était un garçon qui aime les filles. Pas comme lui. Pourtant cette attirance qu’il éprouvait en ce moment même pour un autre garçon ne s’était jamais manifesté auparavant. Daisuke fut le premier qu’il commença à voir de cette manière là. Pourquoi ? Parce qu’il ne pouvait aimer un autre garçon que lui ? Ou que ce n’était qu’une obsession ? Une passade ? Takeru l’ignorait, et aurait voulu l’ignorer longtemps encore. Mais rien n’était aussi simple.

Aussi, lorsqu’une après-midi, le jeune homme se retrouva dans la chambre de Daisuke pour l’aider dans un devoir pour l’école, toutes ses pensées se chamboulèrent de plus belle. Le jeune blond était mal à l’aise et ne savait pas comment se comporter face à son ami. Et ce comportement suspect ne bouleversa pas Daisuke de suite. Ce dernier ne voyait souvent les choses qu’au dernier moment.

Les révisions avancèrent donc calmement. Mais au bout de deux heures, Daisuke remarqua le comportement étrange et distant de Takeru. Sa façon de tenir son stylo, ou de frotter ses mains sur son pantalon. Bientôt, tout lui parut suspect. Pour en avoir le cœur net, Daisuke lui proposa de faire une pause.

– Bonne idée.

Le jeune hôte revint quelques minutes plus tard avec des cookies fait maison par sa mère et du jus de fruit. Les deux garçons s’asseyaient dans le lit pour goûter calmement. Mais devant le peu de paroles de Takeru, Daisuke se retrouva à faire la conversation seul avant d’oser aborder le sujet.

– Y’a quelque chose qui ne va pas et que tu ne veux pas me dire ?

– Pourquoi dis tu ça ? demanda le jeune blond qui se refusait à lui répondre par un mensonge.

– Je le vois bien à ton regard, ton attitude. Je suis pas doué en général mais là… Je le vois bien !

– Rassure toi, ce n’est rien de grave.

– Il y a donc bien quelque chose qui te trotte la tête, réalisa Daisuke pensif.

Takeru baissa les yeux et regarda son cookies dans sa main. Afin de détendre l’atmosphère et de le taquiner un peu, Daisuke sauta sur le jeune homme afin de lui faire des chatouilles et d’obtenir un sourire de sa part, voir même des rires. Mais le contact de sa peau sur Takeru déstabilisa ce dernier et sans le vouloir, il propulsa Daisuke hors du lui.

Le jeune blond se releva, paniqué, avant de devenir de plus en plus mal à l’aise.

– Excuse-moi Daisuke ! Je n’ai pas voulu te pousser mais… Encore désolé, je… Je dois partir !

Takeru se précipita vers la porte de la chambre mais Daisuke fut encore plus rapide. Il se releva rapidement avant de se jeter sur sa porte et d’empêcher Takeru de sortir. Gêné, ce dernier ne savait plus quoi faire.

– Je ne peux pas te laisser partir, souffla Daisuke à bout de souffle. Y’a quelque chose qui ne va pas et tu vas me le dire…

– Je ne peux pas t’en parler ! s’énerva Takeru.

Cette attitude déstabilisa Daisuke. Il n’avait jamais l’occasion de voir son ami dans un tel état, ou alors très rarement. Ce qui le déstabilisait devait vraiment être quelque chose de grave, et Daisuke se demandait maintenant s’il faisait bien d’insister. Mais lorsqu’il vit Takeru, des larmes coulant sur son visage, il ne put s’empêcher de lui prendre le bras pour qu’il le regarde dans les yeux.

– Tu sais que tu peux me parler de tout ? Je suis ton ami non ? Regarde moi… Hey… Dans les yeux regarde moi…

Takeru se laissa diriger par Daisuke et le regarda dans les yeux. Les larmes ne s’empêchèrent pas de couler, mais Takeru sourit devant ce visage si amical qu’était celui de Daisuke.

Le jeune brun laissa Takeru s’asseoir sur le lit et il se posa accroupit face à lui. Leurs visages étaient à la même hauteur. Il laissait le temps au jeune blond de reprendre ses esprits et de lui expliquer.

– Si… Si je t’en parle je risque de… T’énerver ou… De te faire peur…

Aussitôt, la pensée qui vint à la tête de Daisuke fut qu’il allait lui révéler sa liaison avec Hikari. Évidemment, cela l’aurait sans doute énervé mais… Pas au point de lui en vouloir éternellement. Surtout qu’il s’était bien rendu compte que son « amour » pour la jeune fille n’était due qu’à deux choses. Une lubie d’adolescent, et parce qu’elle était la petite sœur de son idole. Heureusement, l’aventure du Digimonde l’avait bien fait grandir, et maintenant, cela ne comptait plus. Il prit alors la main de Takeru, essayant de le mettre le plus en confiance possible.

– Allez je t’écoute…

– Je… Je suis tombé amoureux de quelqu’un ces derniers temps et… J’avoue avoir du mal à savoir ou j’en suis dans mes sentiments et… Tout ça me perturbe tellement que…

– Attends c’est fantastique ! Tu es amoureux ! C’est quelque chose de génial, pourquoi tu te sens si mal ?

– Parce que… Je suis amoureux de…

– Laisse moi deviner, dit tout fier Daisuke qui pensait avoir trouvé, tu es amoureux d’Hikari et tu as peur de me le dire pour ne pas que je sois jaloux ! Mais si tu l’aimes, vas-y… Moi personnellement, je sais très bien qu’on est pas fait pour être ensemble et…

– C’est de toi que je suis amoureux ! cria Takeru pour empêcher qu’il continue dans ses hypothèses.

Daisuke ne répondit pas se stoppant net dans ce qu’il disait. Il regarda le jeune homme quelques secondes avant de réaliser que cela n’avait rien d’une blague. Il essaya de réfléchir le plus vite possible afin de trouver la meilleure réponse à apporter, ou la meilleure solution à donner. Mais il n’était pas fait pour réfléchir. C’était un garçon impulsif, qui fonctionnait à l’instinct. Et la tout de suite, son instinct lui montrait Takeru, ce visage d’ange devant lui, avec toute la bonté du monde et ce corps fragile et…

Daisuke réalisa alors que son instinct le poussait sur une voie qu’il ne connaissait que très mal. Mais il l’avait toujours suivit. Peu importe les conséquences, il s’en occuperait bien après. Et puis, il aimait Takeru lui aussi, d’une certaine manière. Et… Il n’avait aucun mal à rendre heureux un ami. Mais, et si cela ne lui convenait pas à lui ? Comment le saurait-il ? Et que ferait-il s’il le découvrait trop tard ?

Trop tard… Daisuke s’était déjà rapproché afin d’embrasser le jeune blond. Bouche contre bouche. Langue effleurant la langue de l’autre. Le souffle passant d’une bouche à l’autre. Daisuke écouta son instinct et son cœur. Surpris et perdu, Takeru répondit pleinement à cette invitation. Sa main se posa sur la joue de Daisuke. La main de ce dernier sur le genou de Takeru. Et bientôt, les deux garçons étaient allongés l’un contre l’autre dans le lit de l’hôte. Parcourant des mains les corps inconnus, caressant timidement des parties intimes ou embrassant le cou de l’amant qui s’offrait à l’autre. Les deux adolescents se laissaient entrainés dans une vague de désir incontrôlable. Takeru se laissait offrir à ce jeune homme qu’il ne voyait plus comme avant. Et Daisuke laissait exprimer toute sa virilité et toute sa dévotion envers cet ami si cher à son cœur. Les deux garçons découvrirent bientôt des sensations inconnues. Un plaisir inqualifiable et jouissif. Les râles de plaisir s’étouffaient dans les coussins et la transpiration des deux hommes se mêla bientôt à l’odeur de la propre nature de chacun.

Et c’est sur un tendre baiser qu’ils s’endormirent, sans un mot, sans une parole. Simplement le fait d’avoir partagé ce moment.

Takeru se sentait bien et le voulait tellement, qu’il l’avait eu. Il n’avait pas perdu espoir. Mais pour Daisuke, allait-il avoir le courage de supporter cette relation qui était bien plus qu’une simple amitié ? Il l’ignorait. Il avait encore quelques minutes pour y penser. Quelques minutes avant que l’ange blond ne se réveille.

Publicités

Fanfiction – Une heure chez mon psy

mars 20, 2010
Titre: Une heure chez mon psy
Auteur: Alounet
Pairing: Drame / Romance /

Rating: T
Pairings: Mimi – Taichi/Yamato

Author’s NoteVoila ! Cette fic est un défi ! Des plus complexes et qui m’a laissé perplexe… J’ai eu du mal à le réaliser parce qu’il abordait un sujet que j’avais du mal à décrire. Le contexte était de faire revenir Taichi d’un stage de football ou il aurait trompé Yamato avec qui il est en couple… Alors je remercie Caro, pour m’avoir défié, des potentiels lecteurs aux reviews acérées et Digimon et ses personnages qui ne m’appartiennent pas !

– Je ne suis peut-être pas la mieux placée pour vous raconter cette histoire, mais il est important que j’en parle. Mes amis ont toujours énormément compté pour moi et, ce qui s’est passé récemment a un peu éclaté le groupe que nous formions depuis notre plus tendre enfance.

Le Docteur Hollander venait de poser sa tasse de café et de regarder sa montre. Nouvelles confidences à mon psy. Voilà un an que je suivais une thérapie qui – je l’espérais – me ferait du bien. Parce que j’avais besoin de me confier à quelqu’un qui soit objectif et parce qu’à New York, tout le monde voit un psy. Surtout les jeunes filles de mon âge. Et aujourd’hui, j’allais avoir une heure pour me pencher sur l’histoire qui venait d’arriver à deux de mes plus proches amis.

– Allez-y Mimi, reprenez depuis le début.

– Je vous ai donc déjà parlé de beaucoup de mes amis du Japon. Notamment Taichi… Tout commence avec lui… Taichi était parti depuis trois mois faire un stage pour entrer dans une ligue importante du football. Ne m’en demandais pas plus, je serais incapable de vous dire quoi ou comment. Le sport, c’est pas réellement mon truc. Quoi qu’il en soit, sa petite sœur Hikari lui avait organisé une grande fête pour son départ à la fin du mois de mars. Il allait parcourir l’Europe pour affronter différentes équipes et peut-être se classer parmi les grands champions de notre époque. Le plus affecté par son départ, c’était Yamato. Vous savez, derrière ses airs de rockeur solitaire se cache un grand romantique très sensible. Et depuis qu’il vit son histoire avec son ancien meilleur ami au grand jour, il change un peu plus chaque jour. Ah oui, je ne vous ai pas dit encore ! Tai et Matt sont en couple. Rien de surprenant… C’est comme s’ils avaient toujours étaient fait l’un pour l’autre. Personnellement je suis très contente pour eux.

– Mais comment à réagit votre amie Sora ?

– Pas très bien – au début – après elle a finit par accepter. Parce qu’elle n’avait pas le choix, il faut le reconnaître. Mais mettez vous à sa place. Les deux seuls garçons que vous n’ayez jamais aimé sortent ensemble ! Ca mettrais n’importe qui dans un drôle d’état.

– Elle vous a confié ses doutes à ce sujet là ?

– Oui bien sûr. Elle était persuadé que quelque chose clochait chez elle. En tant que femme. Mais je l’ai rassuré, Taichi et Yamato ont toujours étaient fortement attirés l’un par l’autre. Jusqu’à maintenant, ils ne savaient pas comment le montrer, voilà tout.

– Et le reste de votre groupe ?

– Koushiro, Jyou, Miyako, Ken, Iori… Aucun d’eux n’a émis un avis. Positif ou négatif. Je pense qu’ils ne sont pas d’une nature à se mêler des affaires des autres. Hikari et Takeru semblaient ravis. Ils sont jeune donc pour eux, tout est beau, tout est rose. C’est pour Daisuke que ce fut plus délicat. Personne n’a compris sa réaction d’ailleurs.

– D’après ce que vous me disiez, Daisuke idolâtrait beaucoup Taichi ?

– Oui, en effet. Taichi est son modèle depuis qu’il est tout petit. Il s’est mis à se poser des questions. Deviendrait-il gay à son tour ?

– L’homosexualité n’est pas un effet de mode. Rien ne se contrôle.

– Je le sais très bien, je vous rassure. Quoi qu’il en soit, Taichi est parti après cette petite fête et chacun a regagné ses occupations. Yamato a repris ses concerts, Sora ses créations, Jyou son internat de médecine, et la vie continuait, comme si de rien n’était.

– Mais pourquoi ce départ vous touche autant ?

– Parce que je l’ai revu et que j’ai eu un rôle plus qu’important dans la suite de cette histoire. Je vous avais expliqué que j’irais passer un mois en France ?

– En effet.

– Taichi y a séjourné durant un moment également. J’ai appris par quelques relations dans quel club il jouait et je lui ai fait la surprise d’apparaître sous ses yeux ! Il s’entraînait sur Marseille… C’est dans le sud de la France.

– Vous avez donc passé beaucoup de temps avec lui ?

– Exactement. Surtout le soir ou les week-end, lorsqu’il ne jouait pas. Ca lui faisait plaisir d’avoir un vrai visage amical autour de lui. Mais un soir, je l’ai vu extrêmement dérouté. Il est venu me voir à mon hôtel, il était… Triste, décomposé, il se sentait mal avait honte de lui.

– Que lui était-il arrivé ?

– C’est ce que je lui ai demandé. Je l’ai fait monter dans ma chambre. Il est resté une bonne demi heure sans parler. Puis il a finit par tout me révéler.

– A quel propos ?

– Il a sympathisé avec un joueur français, Guillaume je crois, à son arrivée en France. Si j’ai bien compris, l’éloignement de son pays, de son petit-ami, de sa vie… L’a fait basculé dans un autre univers. Son entraîneur lui mettait la pression pour qu’il aille au delà de ses performances, et Guillaume s’est trouvé être là au mauvais endroit, au mauvais moment.

– Il s’est passé quelque chose entre eux ?

– Une nuit. Celle ou il est apparue en bas de mon hôtel. J’avoue, Guillaume est ce genre de garçons qui dégage une aura assez spéciale autour de lui. Il est séduisant, charmeur et arrive toujours à ses fins. Il voulait Taichi, il l’a eu. Sans se soucier des conséquences que cela aurait sur la vie de mon ami. Et sur celle des autres.

– Il culpabilisait par rapport à son petit-ami ?

– Oui. Il ne savait pas pourquoi il avait fait ça, comment il le lui dirait, s’il lui pardonnait. Il n’allait vraiment pas bien. Surtout qu’il n’allait rentrer que trois semaines après au Japon. Pour finir, j’ai prolongé mon séjour en France pour pouvoir rentrer avec lui à Odaiba et être avec lui lorsqu’il devrait faire face à ses responsabilités.

– Vous ne vouliez pas qu’il se débrouille tout seul ?

– Je ne pouvais pas l’abandonner. Il est mon ami et il avait besoin de moi.

– Il a revu ce Guillaume ?

– Je l’en ai empêché. Dieu sait ce qui se serait passé s’ils s’étaient revus.

– Mais ne croyez vous pas que cette infidélité résulte de problèmes au sain de leur couple ?

– Non, je vous l’ai dit. Il était loin de chez lui, avait une pression énorme, il a craqué… C’est un humain, comme les autres.

– Et comme vous…

– Non, je ne craque plus, vous le savez. Quoi qu’il en soit, nous sommes rentrés à Odaiba. Tout le monde état très content de nous revoir. Mais Yamato a compris tout de suite que quelque chose n’allait pas… Et c’est là que la soirée a viré au drame.

– Entre les deux garçons ?

– Entre autres. Taichi fuyait constamment Yamato. Alors Matt est venu me demander ce qu’il se passait. Qu’est-ce que je pouvais lui dire ? Alors il s’est énervé que j’ose lui cacher quelque chose. Je l’ai emmené voir Taichi pour qu’ils se parlent enfin.

– Vous avez assisté à leur confrontation ?

– Malgrè moi. Taichi semblait vraiment peiné et… Il a tout avoué. Son mal-être, sa nuit passé avec Guillaume… Et là, Yamato a eu une réaction que je ne lui connaissais pas. Il l’a frappé. Mais vraiment ! Un coup de poing en pleine figure, puis il a disparu.

– J’imagine qu’un froid s’est abattu sur la soirée.

– Oui. Tout le monde a vite compris ce qu’il en était. Mais le plus important pour tout le monde était de retrouver Yamato. Daisuke est resté avec Tai tandis que nous partions tous à la recherche de Yamato vu qu’il ne répondait pas sur son portable. Et malgré toutes nos recherches, personne ne l’a retrouvé. Le lendemain, je suis allé jusque chez son père avec Takeru, son petit-frère. Il était renté une demi heure avant nous. Complètement ivre, désorienté. Il avait retrouvé des anciens copains de son groupe de rock et il avait passé la nuit à se droguer et à boire. Pour oublier disait-il.

– Vous saviez qu’il avait une tendance à l’alcool et à la drogue ?

– Sora m’avait déjà dit que lors de certaines soirées, il dérapait. Mais je ne l’avais jamais vu de mes yeux. On l’a mis sous sa douche avec son petit-frère pour lui faire récupérer ses idées. Puis lorsqu’il s’est réveillé un peu plus tard, il nous a avoué que ça n’allait plus dans son couple avec Taichi. Depuis qu’il avait appris qu’il… Qu’il était malade…

– Tenez, prenez un mouchoir…

– Merci. Il n’en avait parlé qu’à Taichi et ne voulait pas que nous l’apprenions tous. Mais Taichi avait du mal à vivre en ne sachant pas si le lendemain, l’homme qu’il aimait serait toujours de ce monde…

– Donc pour vous c’est l’explication de l’écart de conduite de Taichi ?

– Evidemment. Il s’en voudra toute sa vie d’avoir fait cette bêtise. Yamato l’a pardonné – était-ce sincère ? Je l’ignore – mais il l’a fait. Ne sachant pas combien de temps il lui reste, il préfère profiter autant que possible de Taichi. Il reste après tout, l’homme qu’il aime.

– Et aujourd’hui ?

– Yamato va être opéré dans l’hôpital ou Joe travaille. Il y a les meilleures spécialistes qui s’y trouvent. J’espère juste qu’en sortant d’ici, Joe m’annoncera une bonne nouvelle.

– La séance est terminé Mimi.

J’ai pris mes affaires, mon sac et je suis sortie du cabinet, espérant sincèrement, qu’une bonne nouvelle m’attendrais. J’ai allumé mon portable, Joe m’avait envoyé un sms. Je l’ai lu. Et j’ai pleuré…

Fanfiction – Retour à la vie réelle

mars 5, 2010
Titre: Retour à la vie réelle
Auteur: Alounet
Pairing: General

Rating: K
Pairings: Digisauveurs

Author’s Note: Voila dix ans que les Digisauveurs ont pour la première fois parcouru le Digimonde ! Pour cet anniversaire, j’ai décidé d’entreprendre une partie non exploitée dans la narration du récit. Le dernier épisode de la saison 1. Les Digisauveurs sont en route pour retourner chez eux…


Retour à la vie réelle

Le tramway fit son apparition dans le ciel étoilé d’Odaiba très tôt ce matin là. Aucun des huit enfants ne semblait réaliser qu’ils venaient de tous quitter le monde Digital définitivement. Le trajet plutôt rapide resta cependant très silencieux. Personne ne savait quoi dire.

Certains pensaient à leurs parents qu’ils allaient revoir. Et surtout, à cette distorsion du temps. Si eux les avaient quittés durant plusieurs jours, quelques heures s’étaient écoulés depuis leur départ du monde réel pour les parents des enfants élus.

D’autres pensaient aux Digimons et à leurs adieux déchirants. Mimi resta d’un silence glacial, sans laisser transparaître aucune émotion sur son visage. Joe était resté à ses côtés, sachant pertinemment ce qu’elle pensait. Contrairement à ses amis, la jeune fille brune n’avait pût faire ses adieux correctement à son Digimon. Heureusement, Palmon était apparut alors que le tramway prenait son envol. Mais ces adieux rapides et brefs déchirèrent le cœur de Mimi. Mais elle n’en fit pas étalage, gardant ses émotions pour elle. Lorsque le tramway regagna le monde réel, Joe prit la main de son amie. Par ce geste tendre et amical, elle comprenait parfaitement qu’il la soutenait et qu’il savait exactement le fond de sa pensée.

Koushiro était resté seul à l’avant du tramway. Il dirigeait notamment les différentes commandes qui firent fonctionner le tramway et devait surtout s’assurer de l’atterrissage de l’appareil.  Gennai lui avait bien évidemment tout expliqué. Il n’avait aucune crainte à ce sujet là, mais il se demandait surtout s’il arriverait à exprimer ses sentiments envers ses parents aussi bien qu’il l’avait fait avec Tentomon. Si les ordinateurs et les programmes informatiques n’avaient aucun secret pour lui, l’art de dire les choses et de contrôler ses émotions était un monde tout aussi étrange que le Digimonde. Et cette aventure le lui avait bien fait comprendre.

Sora était un peu plus loin, seule. Elle jetait un œil sur ses camarades. De compagnons de colonie, ils étaient devenus une seconde famille sur laquelle veiller était devenu une seconde nature. L’amour qui se dégageait d’elle envers ses amis était palpable, surtout pour Takeru, Taichi ou Yamato. Elle aussi appréhendait les retrouvailles avec sa mère. Sans compter la fois ou elle l’aperçut lors de son nouveau départ vers le Digimonde, sa dernière discussion avec elle fut lors de l’attaque des Bakemons. Sora avait dû fuir sur les conseils de sa mère afin de ne pas être capturé. Est-ce que leur vie prendrait un nouveau départ à elles deux ? Et est-ce qu’elle parviendrait à discuter de toute cette aventure avec son père lorsqu’il reviendrait ?

Au centre du tramway, Taichi et Hikari étaient assis en face de Yamato et Takeru. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’entre les deux aînés, ce ne fut pas très facile ces derniers temps. Mais Yamato avait enfin compris certaines choses. Surtout que Taichi était ce qu’il avait de plus précieux au monde – avec Takeru bien sûr. Quant à Taichi, son rôle de leader l’avait profondément changé. Il devait reconnaître qu’il avait été bien souvent dur envers ses amis. Ne les laissant pas prendre du repos, ou faire leur deuil. Mais entre l’angoisse qu’il arrive quelque chose à sa petite sœur, ou ses relations tendues avec Yamato, sauver le Digimonde n’était pas de tout repos.

Quant aux plus jeunes, la fin de l’aventure les attristaient. Parce qu’Hikari avait du faire des adieux à sa partenaire qu’elle venait à peine de rencontrer. Et parce que Takeru ne savait pas comment il vivrait sans son Digimon. Sans Patamon et avec Yamato qui retournerait chez son père, il serait de nouveau seul. Pour Hikari, c’était différent, elle avait Taichi. Mais Gatomon lui faisait souvent oublier ses problèmes de santé ou son éternelle culpabilité dans ce qui s’était produit dans le monde réel.

C’est Koushiro qui rompit ce silence triste et morose en sortant de la cabine de pilotage.

– Nous devrions arriver à Odaiba d’ici un petit quart d’heure.

– Déjà ? s’étonna Sora qui pensait être partie du Digimonde seulement quelques minutes auparavant.

Mimi attacha ses cheveux en arrière. C’est alors qu’elle réalisa que son chapeau s’était envolé lors de leur départ.

– Ce chapeau m’a protégé de bien des choses, se rendit compte Mimi. De la chaleur dans ce désert par exemple.

– Tu pourras toujours t’en racheter un, répondit Taichi un peu plus loin.

Le jeune brun posa ses yeux sur sa petite sœur et se rendit compte qu’elle n’avait plus son sifflet autour de son cou, ce qui le surprit.

– Qu’est-ce que tu as fait de ton sifflet ? Tu l’as perdu ?

– Je l’ai offert à Gatomon avant de partir, répondit-elle amèrement, je voulais qu’elle garde quelque chose de moi pour ne pas m’oublier…

– Vous pensez que Palmon récupèrera mon chapeau elle aussi ? Ca serait comme avoir un souvenir de moi ?

– Peut-être bien, rassura Joe qui lui tenait toujours la main.

– Ils vont nous manquer, ajouta tristement  Sora qui contenait ses larmes comme ses amis.

– Mais il est possible que nous les revoyons un jour ? Pas vrai grand-frère ?

Yamato ne savait pas quoi répondre. Lui aussi espérait sincèrement revoir Gabumon un jour. Mais en était-il convaincu ? Pas tellement… Cependant, la meilleure réponse qu’il trouva fut :

– Tout est possible avec les Digimons…

– Si je peux être honnête avec vous, j’aurais du mal à regagner une vie tranquille après avoir sauvé nos deux mondes… Murmura Taichi

– Je te comprends, répondit Koushiro, mais il le faudra bien. Notre mission est terminée. Et avant que nous arrivions, j’aimerais vous parler d’une conversation que j’ai eu avec Gennai.

Tous l’écoutèrent attentivement, se demandant ce que leur ami allait encore leur annoncer.

– Le Digimonde est en train d’être réinitialiser peu à peu. Mais comme vous le savez tous, le monde entier a pu apercevoir la brèche dans le ciel. Sans compter sur ce qui s’est passé chez nous au Japon. La télévision, internet, la radio… Tous en ont parlé. Ce qui m’amène à vous expliquer que les données concernant les Digimon dans notre monde seront détruites par Gennai. Si certaines personnes de notre monde se mettaient à enquêter sur eux et à découvrir un passage vers le monde Digital, ça serait terrible.

– Et tous nos amis seraient de nouveau en danger ? se rendit compte Mimi.

– Exactement.

– J’espère que tu ne nous demande pas de mentir à nos parents ? demanda Taichi.

– Bien sûr que non, répondit-il. Eux sont parfaitement au courant de ce qu’il s’est passé. Il faudra juste rester discret envers des personnes qui seraient amenées à nous poser des questions sur les Digimons.

Tous avaient bien compris la pensée générale de Koushiro. Chacun s’imaginait à sa façon comment réagiraient le monde entier en découvrant que les données avaient disparus. Et surtout, ce que des personnes pourraient faire contre les Digimons avec les informations en leur possession.

Tout à coup, le tramway commença à ralentir et descendre vers le sol. L’arrivée était imminente.

– J’ai vraiment l’impression que c’est la fin de quelque chose, annonça Sora. Comme si c’était la dernière fois pour nous d’être réunis ?

– Ne dis pas ça Sora. Nous aurons l’occasion de nous voir autant de fois que nous le souhaiterons. Il y a encore deux semaines de vacances ne l’oublie pas.

– Tu as raison Mimi.

Alors que le tramway était en train de poser sur le sol, tous se levèrent les uns après les autres, s’apprêtant à sortir pour regagner le monde réel. Koushiro ouvrit la porte et regarda ses amis. Il leur adressa un sourire et descendit le premier. Il jeta un œil vers le ciel, redevenu complètement normal. En vue de sa couleur, Koushiro supposait que le jour ne tarderait pas à se lever. Il remit son sac contenant son ordinateur sur son dos et vit un peu plus loin un groupe de quelques personnes courir dans sa direction.

Au même instant, Sora descendait du tramway, ayant le même reflexe que Koushiro. Regarder le ciel, avec l’espoir peut-être d’apercevoir Biyomon. Puis ce fut Taichi, Hikari, Takery et Yamato qui suivirent.

Dans le tramway, Mimi hésita avant de descendre. Elle regarda Joe et décida de se confier :

– J’ai essayé de ne rien laisser transparaître devant les autres parce que je pleure tout le temps mais…

– Tu es triste de ne pas avoir dit au revoir à Palmon ?

– Oui, confia Mimi laissant couler quelques larmes.

Joe prit la jeune fille dans ses bras pour la rassurer.

– Palmon sait que tu l’aimes énormément. Et dis toi que ce n’est qu’un au revoir, pas un adieu…

Mimi se desserra de son étreinte et commença à sécher ses larmes. Elle se connaissait et aurait pu passer trois heures à pleurer. Mais elle ne le voulait pas. Elle devait pouvoir savourer son retour ici. Avant de descendre du tramway, elle regarda une dernière fois Joe.

– Merci beaucoup Joe. Mais je peux t’avouer que je suis très heureuse d’être revenue dans notre monde. Même si j’ai appris qu’il était nécessaire de devoir se battre pour sauver ses amis, je n’aime pas du tout la violence. J’espère ne plus jamais devoir revivre une chose pareille…

– Ne t’en fais pas. Tout est terminé maintenant… Rentrons chez nous.

Joe et Mimi descendirent du tramway et virent alors un groupe de personnes s’approcher en courant. Il s’agissait de leurs familles. Ces derniers avaient assisté à la bataille contre Apocalypmon et attendaient impatiemment leur retour.

Tout se passa très rapidement. Les Yagami sautèrent dans les bras de leurs enfants. Takeru dans ceux de sa mère, tandis que Yamato regardait son père en souriant. Sora et sa mère se retrouvèrent tendrement. S’approchant l’une de l’autre avant de se tomber dans les bras d’une manière affectueuse. Jim frotta les cheveux de son frère le félicitant vivement alors que la mère de Koushiro était en pleurs et que son père était fier de lui. Enfin, Mimi fut littéralement attrapée par ses parents qui refusaient de la lâcher. Cette étreinte familiale lui avait manqué et elle était heureuse de la retrouver.

Tous étaient soulagés d’être revenus et regagnèrent calmement leurs maisons communes après s’être dit au revoir.

Leur aventure dans le Digimonde était terminé, mais leur amitié n’en sortait que renforcé. Ils avaient appris à se montrer courageux dans chaque situation, puis responsable des uns et des autres. Leurs connaissances furent décuplés et certains avaient découverts les prémices qui les amèneraient aux joies de l’amour. Mais une chose était sûre, la sincérité avec laquelle ils espéraient retourner dans le monde Digital pour revoir leurs amis était pur. Et qui sait, peut-être un jour retrouveraient-ils la lumière qui les y amèneraient…